Tout savoir sur le mélèze !

Au cours de vos différentes randonnées dans le Queyras, votre accompagnateur vous a sûrement déjà parlé de cet arbre emblématique des Alpes du Sud : le mélèze !

Le mélèze

Si ce n’est pas le cas, voici un petit cours de rattrapage en 6 points essentiels :

  • Le mélèze est un conifère et porte donc des aiguilles, au même titre que les sapins et autres pins faisant partie de la même famille. On le trouve principalement dans les Alpes du Sud, où le soleil est présent près de 300 jours par an.
  • Le mélèze est le seul conifère caduc d’Europe. C’est à dire que ses aiguilles tombent à l’approche de l’hiver. À l’automne, les forêts de mélèzes arborent des couleurs flamboyantes et plongent vos randonnées dans un autre univers…
  • Le mélèze est souvent associé à un autre conifère : le pin cembro. Ces forêts sont appelées cembraie-mélezin. Le pin cembro se reproduit grâce à la présence du casse-noix moucheté, un oiseau de la famille des corbeaux, qui se nourrit des graines de cet arbre et les dissémine dans le but de faire des réserves pour l’hiver ; mais il en oublie certaines, qui finissent par germer.
  • Le mélèze est un bois très dur et imputrescible. C’est à dire qu’il ne pourrit pas. Dans le Queyras et la majorité des Alpes du Sud, il était utilisé dans la construction des maisons. À Saint-Véran par exemple, il est présent sur les toits et les fustes (partie supérieure de la maison servant à faire sécher le foin afin de nourrir les bêtes en hiver).
  • Le mélèze du Queyras, certaines années, a été touché par la tordeuse du mélèze. C’est une petite chenille qui pullule tous les 7 à 8 ans et qui se nourrit des aiguilles de l’arbre. On pourrait penser que la forêt est en train de mourir ou que l’automne est en avance… Rien de tout cela, pour se protéger l’arbre stoppe pendant quelque temps sa montée de sève avant de refaire de nouvelles pousses pendant l’été.
  • Le mélèze est utilisé également pour faire de la liqueur. Elle est élaborée à base des jeunes cônes (ou fleurs) qu’on laisse macérer dans l’alcool… Ces cônes de mélèze peuvent également servir à faire de l’infusion.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s